Dizain à Germain Nouveau

J’aime, au marché du midi, le dimanche
Promener la grisaille par mes beaux habits
En prévoyant le printemps, les dames,
Les fleurs dans les allées de macadam…
J’irai m’asseoir un thé à la menthe
Sous le pont où l’on papote en mille langues
Pour me plaindre des merdes qu’ils vendent
Vêtements de Chine et anonymes mangues…
Et je ne concevrai toujours pas de désir –
d’être riche – car bourgeois, nous le sommes d’empire…

Publicités
Dizain à Germain Nouveau