Nietzsche

Reprise rythmique de l’Introduction d’Angèle K. Marietti du Livre du Philosophe de Friedrich Nietzsche

Une intuition : réussir une civilisation riche en grandes oeuvres
Et sans doute faudrait-il revenir à la musique et à ses pouvoirs rythmiques
Ne visant pas stupidement le bonheur
Le problème du langage est donc repris à sa base
Et sans doute faudrait-il revenir à la musique et à ses pouvoirs rythmiques
Par le maintien du Sublime, par la production de la grandeur
Le problème du langage est donc repris à sa base
Des essais éminemment constructifs et positifs
Présente cette oeuvre de longue haleine comme un commencement
Et sans doute faudrait-il revenir à la musique et à ses pouvoirs rythmiques
Il se demande en effet ce qu’il fallait faire du chaos primitif
Le problème du langage est donc repris à sa base
Pousse plus loin que Kant la critique de la raison humaine
Attaque le processus naturel de nomination
Le problème du langage est donc repris à sa base
Et oppose à la structure le rythme de l’existence
Et sans doute faudrait-il revenir à la musique et à ses pouvoirs rythmiques
Invite à redécouvrir la sagesse de la civilisation grecque archaïque
Le problème du langage est donc repris à sa base
Ainsi l’homme doit-il se maintenir malgré ce qu’il lui est devenu impossible de savoir
L’instinct métaphorique fondamental
Le problème du langage est donc repris à sa base
Ainsi ce n’est pas l’assurance dialectique qu’il enseigne
Mais la suspicion envers la fausse sécurité grammaticale
Aussi ne ferme-t-il pas et s’ouvre encore sur l’horizon infini de l’art
Mais il doit s’oublier dans l’inconscience du sujet
Le problème du langage est donc repris à sa base
Et sans doute faudrait-il revenir à la musique et à ses pouvoirs rythmiques
Discerne deux sortes de forces à l’origine de la pensée consciente
Le problème du langage est donc repris à sa base
La force qui produit la profusion d’images
La force qui choisit le semblable et l’accentue
Le problème du langage est donc repris à sa base
N’est pas homme de dialogue
Conçoit deux structures transcendant l’individu
Appréhende ces structures conceptuelles comme l’effet d’un durcissement
Le langage et la science
Le problème du langage est donc repris à sa base
Contre l’illusion de la conscience du sujet
Contre l’assurance de la conscience réflexive
Et sans doute faudrait-il revenir à la musique et à ses pouvoirs rythmiques
Qui montrent l’homme captif d’une conscience
Le problème du langage est donc repris à sa base
Qui n’est même pas conscience intime d’un corps
Il doit avoir la vue perçante de celui qui connait ce qui fait nécessité
Le problème du langage est donc repris à sa base
Ne peut que dénigrer la forme au bénéfice de la force
Constate et dénonce le structuralisme fondamental de l’homme
Aux problèmes de vérité et de langage dont il n’a fait qu’un seul
Développe une théorie de la connaissance et une critique de la vérité
Le problème du langage est donc repris à sa base
Souhaite une nouvelle génération de philosophe apte à déchiffrer le texte original
Semble ne pas finir de se préciser à lui-même cette tâche
Dénonce par la démythification
Le jeu complexe des structurations dont l’homme est le jouet inconscient
La force créatrice
Dans le supplément au langage qu’est la musique
Le problème du langage est donc repris à sa base
Et sans doute faudrait-il revenir à la musique et à ses pouvoirs rythmiques
Réfléchit au problème de la civilisation
Le problème du langage est donc repris à sa base
L’opposition entre l’homme théorique et l’homme tragique
Entre l’homme de la vérité scientifique et l’homme de la vérité radicale
Le problème du langage est donc repris à sa base
Tente de fixer une physiographie profonde
À fin de connaître les chances qui restent encore à l’homme
Le philosophe doit s’élancer longtemps à l’avance
Ne conçoit pas la sagesse comme une vertu froide
Le problème du langage est donc repris à sa base
Ne la conçoit pas sans la destruction de celle de Socrate
Conçoit le concept ou la structure conceptuelle comme un columbarium
Que la vérité ne peut légitimer le langage
Tandis qu’inversement celui-ci motive au contraire les lois de la pseudo-vérité
En opposant à ces pseudo-vérités des contre-vérités
Se détruisant et se créant perpétuellement
Le problème du langage est donc repris à sa base
La vérité du concept est un évènement du langage
Et sans doute faudrait-il revenir à la musique et à ses pouvoirs rythmiques
Dans la métaphore au sens le plus large

Publicités
Nietzsche

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s